M Thodologie Pragmatique De La Vie Sur La Terre

Test pour se désintoxiquer du sucre Bac de la citroën ami dans paris

Par la tactique de la boxe il faut comprendre l'art de l'application des équipements en tenant compte de tekhniko - les possibilités tactiques, moralement-résolues et physiques dans le combat avec différent selon le style et la manière par les adversaires. La tactique trouve l'expression dans les attaques et les contre-attaques : l'utilisation habile des moyens de l'appel sur l'attaque, l'application des protections avec les actions ultérieures actives dans les actions fausses pour la conduite à l'erreur de l'adversaire, la violation de ses plans.

On peut diviser les exercices obchtcherazvivajuchtchie en exercices de l'influence indirecte et directe. Les exercices indirects contribuent au développement de la flexibilité totale, l'adresse totale, la force totale, la rapidité totale, i.e. aident au sportif à devenir plus préparé pour l'entraînement spécial.

L'analyse et l'estimation des actions de l'adversaire, son style et la manière de la conduite du combat, la préparation physique, le courage et la fermeté, les savoir-faire de passer les actions, les applications des accueils préférés et la conduite après le coup reçu, ainsi qu'après la combinaison avec succès passée par lui;

La contre-attaque plus complexe sur de moyennes distances lointaines : (les coups faux) provoquer l'adversaire sur la contre-attaque, que catégoriquement dépasser par la contre-attaque. Une telle forme du combat est accessible seulement aux boxeurs de la haute qualification.

L'attaque de la distance lointaine est un des moyens principaux de combat des boxeurs. Elle peut se terminer par un petit épisode. L'attaque par uns-deux coups conduit souvent au rapprochement des adversaires sur de distances moyennes et voisines. L'attaque rapide inattendue de la distance lointaine appliquent pour la conquête de l'initiative et pour le coup décisif sur une moyenne distance.

Les légendes gardées on dit que le pugilat était connu et à l'est, surtout parmi. Les premières informations écrites sur le pugilat en Ancienne Grèce nous sont arrivées des descriptions de cet aspect des compétitions par Homère.

Le combat sur la distance voisine est imposé par un des boxeurs, qui aspirer au rapprochement pour l'action par les forts coups courts; le combat rapproché peut apparaître pour les deux. Le combat obligé apparaît le plus souvent alors, quand un des boxeurs ne sait pas et c'est pour cela que ne veut pas le conduire : il prend, retient l'adversaire, en lui empêchant d'agir. Il arrive que le combat rapproché est conduit par les boxeurs, deux préférant rivaliser dans cette distance.

Les qualités physiques sont liées et influencent le développement l'un l'autre. Il faut examiner le développement de la coordination dans la boxe non seulement du point de vue du rationnel et la justesse des mouvements ou les actions en tout, mais aussi la rapidité de l'exécution, pour quoi l'impulsion, la force suffisante de la réduction musculaire, i.e. la capacité définie du groupe entraîné à l'action des muscles est nécessaire de la force correspondante. Par les entraînements systématiques obtiennent l'exécution rapide des actions, en réduisant au maximum les pauses entre eux que définit le rythme du combat et la résistance rapide.

Sur les entraînements les combattants appliquaient les gants des courroies molles, la tête protégeaient par le masque (le bonnet avec les casques d'écoute, probablement cousu de la peau molle avec le dessous). La ressemblance de la poire moderne imprimée suspendue chez les Grecs était le sac de la peau, rempli des noyaux de datte. Il était suspendu à la hauteur de la tête et servait pour l'entraînement dans les coups. On appliquait largement les exercices du shadow-box.